Après les gauchers, les cathos contrariés…

Share Button

gaucher contrarié

« Ah, vous êtes gauchère ! » s’exclame ce commerçant en me regardant signer mon chèque. « Vous savez que les gauchers vivent moins longtemps ? » continue-t-il  aimablement. Et de m’expliquer en détails : Ben oui, il y  des études anglo-saxonnes qui l’ont montré.  Le monde n’est pas fait pour eux. Ils sont sans arrêt contrariés, même depuis qu’on ne les force plus à écrire de l’autre main. Tout les soumet à un stress permanent. Ils doivent sans arrêt s’adapter, faire comme s’ils étaient droitiers. La vie quotidienne est une agression continue. Alors forcément, de devoir porter tout ça… Ils passent plus vite l’arme à gauche. Forcément. Mais je m’inquiète. Je m’inquiète vraiment. Car le traumatisme d’être gaucher n’est rien à côté de celui d’être… catho. Catho en France veux-je dire.

Après les gauchers contrariés, voici les cathos contrariés.  Presque un pléonasme. La presse, le monde politique sont les maîtresses d’école qui viennent leur donner des coups de règle sur les doigts pour qu’ils se rééduquent, qu’ils changent de côté, qu’ils se réforment. On se moque de ce qu’ils écrivent, on les dénonce, on exige d’eux qu’ils rentrent dans le rang, on leur cite en exemple les bons élèves appliqués dans le rang d’en face – athées, libres-penseurs, adeptes de croyances plus exotiques –  quand eux sont les cancres de la société française.

Tout dans ce pays, est source d’agression, les cours que l’on enseigne à leurs enfants, les bouquins qu’on fait lire à ces derniers, jusque maintenant aux timbres  que vendent les distributeurs automatiques. Une agression autrement plus violente qu’un ouvre-boîte qui vous résiste ou un frein à main du mauvais côté. Il faut sans cesse se battre, trouver des parades, s’adapter à un environnement hostile.

Tous les jours, une nouvelle brimade, une nouvelle vexation, un nouvel obstacle. Comme des Poil de carotte qui chercheraient désespérément à susciter l’amour de leurs parents, les cathos, éternels contrariés,  tentent de « bien faire ». Mais quoi qu’ils fassent,  ils ont tout faux, un point c’est tout. « Un  cortège de vieux cons, de mère pondeuses et de puceaux fachos va défiler pour se mêler de nos vies » retweetait Pierre Bergé, tout en délicatesse,  à propos de la  Marche Pour la Vie. Battant en brèche la caricature, une gracieuse et jolie jeune femme, à l’initiative de la lettre ouverte au pape signée 100 000 fois qui a précédé la visite de François Hollande au Vatican, fait une apparition remarquée à la télévision  chez  Laurent Ruquier. Rien de la « mère pondeuse » telle que la décrit Pierre Bergé. Qu’à cela ne tienne. Christine Bravo claironne haut et fort qu’elle lui trouve des  airs de « salope ». Trop coincée ou pas assez, mère pondeuse ou salope, les cathos ne sont jamais comme il faut.

On les insulte ( En sortant du studio d’Europe 1, Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Lejeune, s’est fait traiter  de « connard » par une journaliste), on les menace, (Caroline Macary célèbre avocate LGBT et candidate PS à Paris, tweete, toujours lors de cette Marche Pour La Vie : « Vigilants nous devons être car les réactionnaires s’agitent encore et cela ne cessera que lorsqu’ils seront morts », mais eux-mêmes, les cathos, doivent rester en toute circonstances parfaitement magnanimes et souriants, car le moindre mouvement d’humeur, le moindre écart de la langage serait immédiatement durement sanctionné, d’une façon sans appel , et sous les hurlements de la foule. La participation de certains d’entre eux à la manifestation  » Jour de colère  » a ainsi été très durement fustigée, jusque dans les rangs de leurs coreligionnaires, tant les cathos ont intériorisé  leur propre indignité et la longue litanie de devoirs que celle-ci impose : Un catholique n’a pas le droit d’être en colère.  Un  catholique doit sourire et chanter en toutes circonstances, même sous les crachats.

Alors n’est-ce pas, si la vie des gauchers, du fait des stress de la vie, se trouve écourtée, on se dit que les cathos, bientôt, ne passeront pas le jardin d’enfant…  Et je ne vous parle pas des cathos qui sont en sus gauchers.

 

 

Cette entrée a été publiée dans religion, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Après les gauchers, les cathos contrariés…

  1. Trice dit :

    Bonjour à vous,
    Oh ! désolé de vous dire qu’un catho doit subir tous les affronts des athées ! Malheureusement pour eux, je me rebiffe, n’ayant pas encore atteint la perfection de Jésus. !!

    Trice de : http://www.revesdailleurs.com.over-blog.com

  2. Livia dit :

    Bonjour Madame,
    Je lis toujours avec grand plaisir vos écrits trop courts, dans « Famille Chrétienne ».
    Je découvre avec non moins de plaisir votre blog.
    C’est peu de dire que les catos sont contrariés, je dirais moi, qu’ils sont « stgmatisés » par le pouvoir en place aujourd’hui en France!
    Merci de le dire, car beaucoup de personnes le pensent mais n’osent en parler!
    Cordialement

  3. Livia dit :

    P.S. pas celui de hollande bien sûr!
    Je désirerais m’abonner à votre blog et recevoir vos newsletter, mais je ne trouve pas l’endroit où m’inscrire. Merci de me le dire.

Répondre à Trice Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>