De battre, mon coeur de midinette s’est arrêté

Share Button

Dans la famille, nous avons un vice caché qui se transmet de mère en fille. Pendant l’année scolaire, nous jurons nos grands dieux que nous sommes guéries, que l’on ne nous y reprendra plus. Pensez-vous, à notre âge respectable.  Et puis l’été arrive, on rouvre les volets des maisons de vacances, et toc, on retombe aussi sec. Le René Girard que l’on avait pris dans la valise nous tombe des mains. Nous cachons ce vice honteux dans les petits coins, d’où de périodiques embouteillages dans ces lieux d’aisance entre le 15 juillet et le 15 août.

C’est que c’est là, tout en haut, sur une étagère au dessus de la chasse d’eau, que s’empilent les numéros de Point de Vue depuis environ le couronnement d’Elisabeth II d’Angleterre. Autant dire des incunables. Le plus compliqué, à vrai dire, est d’en extirper un sans avoir tous les autres qui vous dégringolent sur la tête. Un vrai jeu de Mikado. Attention, ne vous méprenez pas. Dans le tas, aucun Voici. Dans nos cabinets à nous, les torchons ne fraient pas avec les serviettes. Johnny Depp et ses dreadlocks ou Riberi en string n’ont jamais réussi à nous faire rêver. Tandis que les autres… Même le malheur, – l’accident de voiture d’Astrid de Belgique ou celui de Grâce de Monaco, les affres conjugales de la duchesse de Montpensier -,  a quelque chose de douloureusement ouaté qui est délicieux.

Sauf que ces derniers temps, Je me prends à douter : Cette  tare va-t-elle passer la prochaine génération ? Comme si les ressorts du rêve avaient été brisés, et notre cœur héréditaire de midinette avec. Prenez le mariage de William et Kate, le 29 avril. On a beau avoir fourgué à la fiancée la bague Pompadour  de feue la belle-mère, et promettre, le jour J,  la même interminable traîne que cette dernière, on sent bien que l’élan n’y est plus. Pensez : Huit ans qu’ils réfléchissent. Dans le genre coup de foudre passionnel, ça se pose là. Et avec des fiançailles aussi longues, vous n’imaginiez quand même pas que tout cela était resté platonique. On nous explique du reste sans manière que le fait que les deux tourtereaux se connaissent bibliquement parlant depuis belle lurette devrait éviter les déconvenues conjugales de la génération précédente. Un raisonnement audacieux. Si les bataillons de couples qui divorcent chaque année étaient restés chastes jusqu’au mariage, cela se saurait, non ? C’est quand même fou qu’au pays de Barbara Cartland, on ait oublié les ficelles d’une bluette à succès. Franchement, un conte de fée dans lequel les héros partagent la même couette et le même verre à dent dès le premier chapitre, c’est comme un roman policier dont on lâcherait le nom du meurtrier dans le premier paragraphe. Plus très palpitant.

Mais en France, valons-nous réellement plus cher ? Au hasard, Charles-Emmanuel de Bourbon Parme. Il vient de perdre un procès face à la ville de Condom, dans le Gers, dont il s’était abusivement servi du nom à des fins commerciales pour promouvoir une ligne de préservatifs… mais attention, pas du tout venant, une ligne « chic et luxe » qu’avec un ami presque aussi bien né que lui, il tentait de lancer. Il y avait l’homonymie, et puis la localisation : Condom n’est pas loin de Pau et d’Henri IV. Cela vous avait un côté bourbon et terroir, nickel pour séduire le marché américain. Le slogan de leur petite entreprise ? « Les préservatifs préservent de tout, les nôtres de la vulgarité » (sic). Et Charles-Emmanuel de Bourbon Parme d’enchérir : « Nous voulons sortir la boîte de préservatifs de la table nuit et la poser SUR la table de nuit ». En voilà une noble cause à défendre.

En fouillant bien dans le tas  au-dessus de la chasse d’eau, je devrais pouvoir retrouver celui que la presse surnomme désormais le prince de la capote. Du temps où il s’affichait sur le perron pour la photo à la sortie des mariages familiaux, flanqué de ses quatre enfants Cyrillus, et de son épouse : grande, blonde, fine, genre aristobarbie. La pauvre. Je crains que Ken se soit mué en Shrek.

Cette entrée a été publiée dans people, presse, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , , , , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>