Notre-Dame de Délivrance pour les futures mamans.

Share Button

 

Vous ne connaissez pas Quintin ? Ce nom improbable est celui d’un petit village des Côtes d’Armor que quelques circonstances familiales récentes m’ont fait découvrir. A ce village, est attachée une de ces dévotions populaires naïves que notre siècle trop « intelligent » tend à faire tomber en désuétude.

C’est en effet dans la basilique de Quintin qu’est conservée la ceinture de la Sainte Vierge, rapportée de Terre Sainte par Geoffroy Botherel, Seigneur de Quintin, qui avant de devenir moine franciscain, avait accompagné le roi Saint Louis à la VIIe croisade. De qui tenait-il ce précieux tissu ? Sans doute de l’Evêque de Nantes, Robert de Saintonge, patriarche de Jérusalem.

Très vite, la relique suscita une immense dévotion populaire, notamment de la part des femmes enceintes auprès desquelles on la portait à domicile, et il fallut, en 1641, l’intervention de Louis XIII pour mettre fin à ces déplacements zélés qui abîmaient la relique et contribuaient à la réduire un peu plus chaque jour, chacune en subtilisant discrètement un petit morceau pour son usage personnel.

Le léger tissu à maillage inégal de fils de lin gris est depuis lors pieusement conservé dans un splendide médaillon en or orné de pierres précieuses. Celui-ci est lui même placé, comme dans un écrin, au centre de la basilique de Quintin dédiée à « Notre-Dame de Délivrance ».

En compensation, habitude a été prise d’envoyer aux mères chrétiennes  des rubans bénits que l’on a  pris soin de mettre en contact avec la sainte relique de Quintin.

Si les futures mamans en sont les principales « clientes », il n’est pas interdit aux autres d’invoquer Notre-Dame de Délivrance. En 14 puis en 39, nombre de soldats se sont muni de l’un de ces rubans, comme gage de protection maternelle.

Des pèlerins de marque vinrent en leur temps vénérer Notre-Dame de Délivrance et s’agenouiller devant la ceinture : Saint Yves, Saint Vincent Ferrier, la bienheureuse Françoise d’Amboise, duchesse de Bretagne qui sollicita et obtint une portion de la sainte relique.

Citons pour finir ce témoignage de Paul Claudel dans une lettre écrite à Prague en 1911 à l’adresse de son ami Jacques Rivière qui vient de lui annoncer sa joie d’être bientôt père :

« Je suis ému de la nouvelle que vous me donnez. Que Dieu et Notre-Dame protègent votre chère jeune femme ! Dans ma famille, toutes les femmes dans cette position demandent un ruban bénit  dans un vieux couvent de Bretagne (…) Voici l’adresse, écrire à Monsieur le Curé de Quintin. J’espère que l’acte de confiance de Madame Rivière en la Sainte Vierge ne sera pas déçu, pas plus que le nôtre ne le fut jamais. »

Pour recevoir prières et rubans bénits, s’adresser à :

Paroisse Notre-Dame de Délivrance, 9 rue Notre-Dame 22800 Quintin (02.96.74.92.17)

 

Cette entrée a été publiée dans enfants, religion, avec comme mot(s)-clef(s) , , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à Notre-Dame de Délivrance pour les futures mamans.

  1. Henrio dit :

    Bonjour,

    Je souhaiterais commander des rubans, pouvez.vous me renseigner sur les modalités à suivre, svp.
    Il y bien longtemps ma maman la portée et quelques années plus tard ce fut mon tour, pendant mes grossesses.
    Aujourd’hui, je souhaiterais l’avoir à nouveau.
    Merci de m’indiquer le prix afin que je vous fasse parvenir un chèque.

    Bien cordialement.

    Nolwen Henrio

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>