Anthony Chaplain : Chanteur pour la vie !

Share Button

Il faut voir ce breton de 26 ans  sur la scène. Pour  tenir ainsi la foule, pour faire montre d’un tel coffre et d’une telle voix, il faut avoir dans le sang  l’intrépide résistance des pécheurs d’Islande. Dans ses chansons aux accents celtiques, on retrouve la force mêlée de vague à l’âme des cap-horniers. Pourtant le cantonner dans le genre chanteur bretonnant serait une erreur. Il n’est pas besoin d’être breton pour apprécier, et les adolescents qui se pressent à ses concerts viennent des quatre coins de la France.

Son premier groupe, Anthony Chaplain l’a monté à 9 ans, il s’appelait « Les copains d’abord, en hommage à George Brassens »…Et c’est vrai qu’Anthony Chaplain s’inscrit dans la grande tradition de la chanson française, la chanson « à texte » comme l’on dit. Des  textes qui justement soufflent comme un vent de fraîcheur bienfaisant sur le marché du disque.

Marie La Dondaine, – qui est restée plusieurs semaines dans les dix meilleurs ventes de single en France -  l’a fait connaître : « Courant dans la prairie, Marie qu’elle était belle, des garçons l’appelaient Marie la belle en robe blanche,  les garçons l’appelaient Marie la belle fleur de dentelle (…).  Se donna au Bon Dieu en entrant au couvent de Rennes, Sœur Marie la Dondaine, c’était son nouveau nom de scène ». Vous conviendrez avec moi  que la chute n’est pas courante.

Entre autres choses, il a aussi écrit Le môme , l’histoire de deux lycéens qui attendent un enfant : « Pourquoi la vie mon Dieu va me donner ce petit ange, moi j’ai rien demandé, je suis encore au lycée(…), Comment je vais faire maintenant, j’ai même pas un diplôme mais je vais avoir un môme , (…) un petit qui bouge seul dans ton ventre, ça me fout les boules et ça me tourmente, c’était un amour de vacances, (…) et dis, tu vas faire quoi de ce môme, le garde pas, je serai jamais capable d’être un père formidable, il n’aura pas de belle vie, j’ai pas de sous, j’ai pas d’amis. » Et la conclusion étonne encore : « J’ai changé d’idée quand j’ai pris le marmot dans mes bras, de maladroit j’étais  devenu papa, depuis je suis sérieux, j’assure avec mes vieux, un petit qui bouge dans ce couffin, ça me prend le cœur, ça me prend la main, un petit mec quelle évidence, c’est un bel amour de vacances ». Si tout cela ne milite pas pour le respect de la vie…

Anthony Chaplain, chanteur à suivre.

Album « Contre vents et marées »  Sony BMG par Anthony Chaplain

Cette entrée a été publiée dans Chanson, Vie, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>