Valentin de Clairvaux

Share Button

 

Aujourd’hui, nous allons parler de l’amour. L’amourrr !

Pourquoi ? Cette question !  Parce que c’est bien connu, l’amour est LE sujet qui intéresse les femmes. Ensuite, parce que c’est aujourd’hui la Saint Valentin. Comme disait une collègue de bureau : Vous les cathos, vous êtes drôlement pénibles. Toujours à vous plaindre que l’on oublie vos fêtes religieuses, et quand on fait un peu de bruit autour de la Saint Valentin, ben non, ça ne va pas non plus.  

Plus qu’une fête religieuse, la Saint Valentin est surtout bien sûr une fête pour les commerçants, qui tombe à pic, quand Noël est déjà loin et que les soldes commencent à s’essouffler. Enfin, disons pour certains commerçants : pas pour les détaillants de semelles orthopédiques bien sûr, mais pour Sephora, princesse Tam-Tam, et puis Mauboussin. Mauboussin !  Le premier joaillier de la place Vendôme à avoir voulu démocratiser le bijou de luxe. Sauf que eh ! Démocratiser ne veut pas nécessairement dire prendre les gens pour des tartes, si ?  Vous les avez vus, vous,  les noms des modèles de bagues Mauboussin ? D’un romantisme qui frise le canular : « Ni naïve, ni soumise : vraie », « Extrêmement libre, extrêmement sensuelle », « Moi aimer toi », ou encore « Love my love »…

Je vous dis moi que chez Mauboussin, le type qui a inventé ces noms débiles se cache, mort de rire, derrière le comptoir et se paie la tête des clients qui poussent la porte : « Bonjour Madame, pouvez-vous  me montrer  « Moi aimer toi » ? »

Bref, avec son cortège de cœurs percés et de cupidons mafflus,  Saint Valentin est devenu non seulement le saint le plus lucratif du calendrier, (juste derrière Saint Sylvestre, dont la solennité, comme la  sienne, a la curieuse particularité de remplir, non pas les églises, mais les pizzerias et la messagerie téléphonique de ma coiffeuse),  mais aussi le plus kitsch, la risée du Sanctoral.  Tout cela, dit-on, parce que ce brave homme de saint a la malchance de voir sa fête coïncider avec le début de la saison des amours aviaires…Mais figurez-vous qu’il y a quand même une justice dans ce bas monde.  Saint Valentin est en passe de voir son honneur lavé. Grâce à qui je vous le donne en mille ? Grâce à l’Arabie Saoudite.

Le voilà promu émule de Bernard de Clairvaux, héritier de Saint-Louis, sorte de prédicateur de la dernière croisade. Par qui je vous le demande ? Par la Moutawa, police religieuse, qui en a formellement interdit toute célébration, empêchant, le 14 février, la vente de roses rouges et de tout autre cadeau  de couleur écarlate pouvant évoquer de près ou de loin la Saint Valentin. Il paraît même que le phénomène tend à se répandre au Pakistan, à l’Iran, à l’Egypte, à la Mauritanie, aux Maldives et partout où l’islamisme fait rage.

C’est Saint Sylvestre qui va être jaloux.

Cette entrée a été publiée dans religion, Société, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Valentin de Clairvaux

  1. steed59 dit :

    Petit commentaire : Bernard de Clairvaux est antérieur à Saint-Louis. Il a notamment prêché la deuxième croisade en 1146 à laquelle a participé le Roi Louis VII …. précisément l’arrière-grand-père de Saint-Louis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>