Le carême c’est un problème, le ramadan c’est trop marrant.

Share Button

 

Voilà ce que l’on peut lire aujourd’hui, mercredi des cendres, sous la plume d’une certaine Florence Chartier sur le site du magazine Elle : « Cette année le mois de février  se veut synonyme de carême. Un mois de jeûne mais également de partage autour de bons petits plats fait maison. Voyage au fil des recettes pour un dîner à l’occidentale made in blogosphère ! Pour commencer, suivons les bons conseils de Bérengère qui a posté  un billet spécial pour le poisson du vendredi : brandade, de morue, papillotes de saumon, cabillaud aux petits légumes. Autant de recettes illustrées qui donnent l’eau à la bouche. Marie-Liesse, elle, du blog «Délices en tous genres », met les petits plats dans les grands : de l’agneau pascal en croûte à la marquise au chocolat, elle nous livre toutes ses recettes salées et sucrées pour le jour de Pâques. Une caverne d’Ali Baba qui donne envie de goûter à tout…etc. Saint carême à tous ! ».

Vous n’arrivez pas à y croire ? Vous avez raison. Cet article est un faux,  faut pas rêver non plus. Non mais vous imaginez le tollé ?  Et pourtant… Il est un plagiat, un copié-collé d’un véritable article paru au mois d’août dernier sur le site Elle et signé Florence Chartier… A quelques mots près, bien sûr, quelques mots qui changent tout. Cet article s’intitulait en réalité : « Après le jeûne, le temps des gourmands », et en lieu et place de « carême » on lisait le mot « ramadan ». Quant à Bérengère et Marie-Liesse, elles se dénommaient en fait Oum souhaib ou encore Oum Hélias. Sur les blogs de ces dames, (chaudement recommandés par le magazine), nulle mention bien sûr d’une quelconque brandade de morue mais longuement de la table du « ftour », -repas du coucher du soleil-, que pendant le « mois sacré du ramadan», celles-ci n’aiment rien tant que garnir  de toutes sortes de spécialités maison :  Il y a par exemple la «chorba aux makrouts», «les chebbakias», et les «ktaïfs», «le matlour», les galettes algériennes ou encore les «khbizettes». Et  cette brave Florence Chartier, -qu’à vue de nez, rien ne semblait pourtant prédisposer à parler couramment la langue du prophète-, de conclure son article par un joyeux et tonitruant « Mabrouk ramadan !».

Quand même, les bras nous en tombent : Nous qui pensions ce symbole de féminisme laïque et éclairé qu’est le magazine Elle débecté par les  parfaites petites ménagères et les grenouilles de bénitier…, quelle surprise de le voir s’extasier devant tant de savoir-faire culinaire au service de la piété. Et pourtant, ces longues  heures passées à s’activer autour du fourneau pour la plus grande gloire du prophète et la joie des papilles de toute la famille devraient en toute logique  en chiffonner plus d’une. Quelle aliénation, non ?  Car le moins que l’on puisse dire c’est qu’Oum Hélias, Oum Souhaib et leurs nombreuses amies, l’été dernier, n’ont pas plaint par leur peine. Les filles, soyons honnêtes, préparer la table du ftour est de toute évidence autrement plus chronophage que, pour nous autres, jeter le vendredi quelques poissons panés au fond d’une poêle.

Que nenni. Sur le site, silence radio. Pas une lectrice n’a bronché. Bref, il faut le savoir : Quand elles sont chrétiennes et occidentales, les  tâches ménagères ne sont que corvées avilissantes, mais musulmanes et importées du Maghreb, elles sont au contraire de joyeuses parties de plaisir… Que du bonheur.

 Cela s’appelle le féminisme à double vitesse, et on ne sait trop où cela va nous mener. Sous la burka peut-être ? Florence Chartier devrait nous démontrer d’ici peu que l’on y rigole comme des petites folles.

:

Cette entrée a été publiée dans féminisme, religion, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

3 réponses à Le carême c’est un problème, le ramadan c’est trop marrant.

  1. nicole dit :

    Le ramadan n’est pas un jeûne, comme le Carême, mais un déplacement des horaires de repas.

  2. Nadine dit :

    Le ramadan n’est pas un déplacement d’horaire du repas.

    C’est tout simplement prendre conscience de ce qu’est la douleur de la faim et la soif est faire offrande de cette sensation au créateur. Il existe des gens qui n’ont jamais ressenti le manque intense d’eau ou de nourriture et son insensible au fléau que sont les famines dans le monde.
    Le jeune est également une maitrise de soi et une purification du métabolisme.

    • bruce-chris dit :

      Oui chère Nadine, vous semblez avoir 1000 fois raison et peut-être est-ce votre expérience personnelle, dont vous semblez vous enorgueillir. qui s’exprime si bien dans votre commentaire. Je pense, cependant que l’idée de ce post n’est pas de traiter du jeûne en général, ni du carême ou du ramadam en particulier et en tant que tel, mais plutôt de montrer la contradiction du « combat » des féministes en peau de lapin, qui pullulent dans la presse féminine notamment. Il s’agit pour elles de présenter « l’Autre » sous un angle positif, surtout s’il s’affiche comme arabo-musulman, alors que « Nous » sommes condamnables pour des comportements similaires. Ce politiquement correct met en oeuvre le 2 poids 2 mesures s’appuyant sur une fondamentale: la haine-de-soi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>