Les 18 printemps de Justin Bieber.

Share Button

Justin Bieber vient de fêter ses 18 ans. Cela vous fait une belle jambe dites-vous ? D’ailleurs vous ne connaissez même pas ce gars-là.

Si vous avez plus de dix-sept ans, aucun poster de cheval punaisé au-dessus de votre lit, pas de crayon pailleté dans votre trousse, et moins d’une dizaine d’accessoires divers Hello Kitty, c’est normal. Enfin, c’était normal jusqu’à l’année dernière, avant qu’il ne fasse scandale.

Justin Bieber, jeune chanteur pop à succès  lancé par Internet,  était jusque là considéré avec une indulgente condescendance comme une sorte de Vanessa Paradis des années 2010, version masculine et canadienne, mais tout aussi gentiment niaiseux comme on dit là-bas… On connaissait de lui sa coupe de cheveux reprise par  des centaines de collégiens pré pubères à travers le monde, – non, ces cheveux rabattus sur le visage, ce n’était pas pour cacher les boutons et les bagues sur les dents mais simplement pour imiter Justin-, sa voix cristalline descendue récemment d’une octave mue oblige, ses millions d’albums vendus, et sa souriante maman qui le suit de près, veille sur lui et gère sa carrière.

Et puis un entretien accordé au magazine américain Rolling Stone il y a tout juste un an a tout gâché. Changement de programme. Justin Bieber a toujours sa grande mèche sur le front, est toujours aussi niaiseux mais l’indulgence, elle, a disparu : Qu’est-ce qu’il raconte ce gosse ? De quoi je me mêle ? Retourne donc à tes playmobils ! Deux claques et au lit, oui.

Il faut dire que Justin Bieber a affirmé que « L’avortement était pour lui comme tuer un bébé ».

Et la presse réunie de tomber à bras raccourcis sur le magazine Rolling Stone : Quelle idée aussi d’aller aborder ce genre de sujet avec un gamin !

Sauf que, eh, les amis,  qui a commencé ? Qui a rendu obligatoire en classe de troisième le chapitre « La maîtrise de la reproduction humaine ? », (l’élève studieux révisant son brevet trouvera ainsi sur un site consacré à la matière « SVT » un  modèle d’exposé présenté par Maxime et Lisa sur le  thème du « diaphragme contraceptif ») Qui a instauré l’intervention d’un gynécologue pendant les heures de cours pour expliquer de façon technique et minutieuse les mille et uns avantage du préservatif, avec tant de romantisme qu’elle conduisit récemment une petite fille de mon entourage (n’est-on pas encore une petite fille à 14 ans ?), à confier le soir à sa mère qu’elle avait désormais envie de « devenir religieuse »… ce qui n’était sans doute pas le but recherché du gynécologue ? Qui souffle à l’oreille des mêmes petites filles de harceler leur mère si d’aventure celle-ci n’a pas encore pensé à les faire vacciner contre le papillomavirus, car franchement, à leur âge, c’est une vraie urgence rouge ?

Mais pour en revenir à Justin Bieber, on sait que celui-ci a des raisons personnelles d’être contre l’avortement, au-delà même de ses convictions religieuses (on sait qu’il se revendique catholique).

Dans une interview précédente, à un magazine anglais cette fois, il avait confié que sa mère, Pattie Mallett, qui l’a élevé seule, l’avait eu à 18 ans, et qu’à l’époque elle buvait et se droguait. Une chance pour Justin que  les petits dames du planning familial n’aient pas croisé la route de Pattie à ce moment-là, car elles auraient vu, c’est certain, dans la paumée qu’elle était un cas d’école pour leur apostolat, le genre de couple mère-enfant sur lequel on ne parie pas un cachou, bref,  la candidate idéale pour l’IVG.

Sauf que Justin raconte que sa naissance a permis à sa mère de tourner la page : « Elle m’en a parlé en me prévenant qu’elle avait fait des bêtises pour deux. En fait, elle a changé de vie grâce à moi. Quand je suis né, elle a arrêté de boire et de fumer. Elle a fait tout ça pour moi ».

Quant à l’enfant, avec 18 ans de recul, on peut dire, au moins du point de vue de ses contemporains, qu’il ne s’en sort pas si mal ?

Cette entrée a été publiée dans enfants, people, Vie, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>