La fin de la discrimination sexiste pour les primes d’assurance : les femmes passent à la caisse.

Share Button

On leur avait dit, aux féministes, que ça nous retomberait un jour sur le coin de la figure cette histoire d’égalité des sexes.  Ben voilà, c’est plié.

« Non à la discrimination sexiste !», qu’elles criaient. Pour ça, elles ont été écoutées : cela a commencé l’an dernier par la suppression de l’exclusivité  de ce privilège exclusivement féminin qu’étaient les deux ans de cotisations retraite supplémentaires par enfant élevé.

Cela continue ces derniers  jours avec la décision de l’Union Européenne de mettre fin à l’écart des primes d’assurance automobile favorable aux femmes au motif qu’il y aurait là un cas patent de discrimination sexuelle.

Moi je veux bien, mais quand je vois dans ma rue une voiture rouge customisée avec aileron à l’arrière filer à toute berzingue sans prendre la peine de faire une pause au feu rouge, il y a rarement ma grand-mère au volant. Cela, c’est la réalité. Sauf que chacun sait que par essence la lutte contre la discrimination est un principe saint qui prime sur tout. Rien n’est au-dessus d’elle, surtout pas la réalité des faits.

Au nom de la lutte contre la discrimination et de la théorie du gender, les féministes ont réclamé que nous soyons traitées exactement comme les hommes. Les  mêmes droits pour tous. Tout pareil on vous dit. Dans un sens comme dans l’autre, forcément. Et vraiment, comme on peut voir, c’est drôlement bien engagé.  En toute logique, les hommes devraient donc très prochainement obtenir de se voir rembourser par la sécurité sociale mammographie, frottis du col de l’utérus et rééducation périnéale post-partum, tandis, que nous autres, en même temps que l’insigne avantage de payer des primes d’assurance plus élevées et de ne plus bénéficier de deux années de cotisation supplémentaires par enfant pour la retraite, devrions bénéficier d’un dépistage très efficace du cancer de la prostate, ah oui, et j’allais oublier, du droit de transporter en soufflant fort les armoires normandes dans les escaliers. Trop bien, non ?

Merci les chiennes de garde, la croisade contre la discrimination sexiste c’était vraiment une super idée.

Cette entrée a été publiée dans féminisme, avec comme mot(s)-clef(s) , , . Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à La fin de la discrimination sexiste pour les primes d’assurance : les femmes passent à la caisse.

  1. Je suis contre cette discrimination sexiste pour les primes d’assurance. Puisque les femmes sont très prudentes en route et surtout que le nombre des accidents causées s’étaient par des hommes!!!!!

  2. Ping : Les tarifs unisexes dans le domaine de l’assurance, un dommage collatéral de la lutte féministe ? | GEM

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>